Au sein d’un écosystème, chaque être vivant joue un rôle qui lui est propre, mais toujours complémentaire de celui que jouent les autres espèces.
Les producteurs sont les seuls à transformer l’énergie du soleil en matière élaborée (sucres, graisses, huiles…). Ils fabriquent des molécules complexes à partir de molécules simples.  Seuls les végétaux en sont capables.
Les consommateurs trouvent l’énergie dont ils ont besoin chez les autres espèces. Ils consomment les molécules complexes que les producteurs fabriquent. Nous, êtres humains, sommes dans cette catégorie.
Les décomposeurs assurent le recyclage du monde organique pour être ainsi à nouveau consommés par les producteurs. Ce sont des bactéries ou des champignons, ou bien les vers que l’on trouve dans le compost.
L’ensemble forme à la fois une pyramide (les producteurs sont en plus grand nombre que les consommateurs) et à la fois un cycle (chacun à grand besoin des deux autres pour survivre).

La trame verte et bleue

Il s’agit de zones dans lesquelles les espèces doivent circuler librement, pour permettre le mélange génétique, garant d’une bonne santé de l’espèce. Pour être efficace, cette trame doit proposer des espaces relais favorables aux différentes fonctions vitales des espèces (nourriture, repos, reproduction), à des distances suffisamment proches pour pouvoir être franchies : de quelques dizaines de mètres pour les insectes à quelques centaines de mètres pour les amphibiens. Pas besoin d’avoir de grands espaces, mais plutôt un maillage serré. Chacun peut s’y mettre. Sur de plus grands terrains, on peut laisser des réservoirs de biodiversité, où les individus vont réaliser l’ensemble de leur cycle de vie.

 

Plus d'informations sur le site du Centre de ressource Trame verte et bleue.