Un outil pour restaurer la biodiversité

À cause de l’usage important des produits phytosanitaires et d’une volonté d’entretenir les jardin « au cordeau », la biodiversité est en très fort recul, notamment dans les campagnes. Dans une étude publiée dans la revue Science, les biologistes jugent que le recul de la biodiversité animale « contribue à ce qui parait être les premiers jours de la sixième crise d’extinction biologique massive de la planète ». Afin de restaurer la biodiversité, la commune s’est engagée avec l’aide technique de la FREDON et de la Métropole Rouen Normandie dans la gestion différentiée de ses espaces publics. Cela revient à traiter différemment les espaces de la commune pour que chacun y trouve sa place.

 

  • Dans le parc aux Arondes, les berges de la mare seront fauchées une fois par an. Les herbes hautes permettront aux larves de grenouille et de libellules qui ont pris naissance d’achever leur transformation.

  • Les noues doivent rester sauvages pour ralentir l’écoulement de l’eau et éviter les inondations en cas de forte pluie. Elles servent aussi de lieu de reproduction pour les insectes.

  • Certaines zones ne seront plus tondues mais fauchées. Cela permettra aux insectes pollinisateurs d’ensemencer d’autres espaces.

  • Les espaces verts de la mare du Bois Breton et du service technique sont laissés en pâture aux moutons. Cet entretien écologique laisse le temps aux plantes fleuries et à son cortège de pollinisateurs de s’épanouir. À la fin de la floraison, les moutons entrent en action, et nettoient le terrain.

  • Les talus sont fauchés deux fois par an : en juin et en novembre. Cela permet aux oiseaux de profiter des haies pour y faire leur nid, et aux plantes fleuries de s’y épanouir.

  • Certaines haies en retrait de la route sont taillées une fois par an pour permettre aux oiseaux d’y faire leur nid. Les autres sont taillées plus souvent pour garantir la sécurité des déplacements piétons.

  • Des panneaux rappellent la gestion différente de ces lieux. En complément, des brochures plus complètes sont disponibles en mairie.

éco paturage Bois Breton.jpg

La pratique de la gestion différenciée et le zéro-phyto, dans les espaces publics, imposent des changements de méthodes dans la gestion des espaces verts. Pour favoriser l'implantation de la biodiversité, l'herbe ne doit plus être considérée comme un déchet, mais valorisée. Certains espaces nécessitent d'être régulièrement tondus car ils sont situés au cœur du village ; les résidus de tonte sont alors compostés avec les tailles de haies.
Pour d'autres, la municipalité propose une mise à disposition gracieuse de ces terrains auprès des propriétaires d'animaux (moutons, chèvres…). Cet écopâturage (« éco » car les animaux seront retirés au moment de la floraison et de la germination florale) est appliqué au printemps. Si, au détour d'une randonnée printanière, vous profitez de la présence des animaux, merci de ne pas les déranger dans l'exercice de leur fonction !