Le patrimoine à la portée des enfants

2 semaines 1 jour ago

À partir du 19 octobre, la Métropole propose des visites ludiques de découverte du patrimoine pour les enfants de 4 à 12 ans.

Au programme :

Lundi 19 octobre 14h-16h : Qui es-tu gargouille ? (4-6 ans)
Mais qui sont ces êtres étranges qui peuplent les toits des églises ? Quelle est cette légende unique à Rouen qui parle d'une gargouille ? Dans le cadre de cette visite, des jeux de reconstitution, mimes te seront proposés ainsi que la fabuleuse histoire de cet animal fantastique.

Mardi 20 octobre 14h-16h : Ville à gratter (8-12 ans)
Nous t’invitons à explorer la ville de Rouen autrement, en touchant, observant, grattant ses matériaux, son architecture, ses décors… pour en extraire les formes, les contours, les reliefs…. De cette découverte, tu créeras au fil de la visite un objet artistique.

Mercredi 21 octobre 14h-16h Les animaux fantastiques (6-12 ans)
Qui sont ces êtres bizarres qui peuplent le portail des Libraires de la cathédrale ? Avec des jeux d’observation et l’aide du guide, tu découvriras leurs secrets et l’histoire légendaire de certains. Puis ce sera aux enfants de créer ensemble un nouvel animal fantastique et de raconter son histoire.

Jeudi 24 octobre 14h-16h : Il ne faut pas dire fontaine… (7-12 ans)
Où allait-on chercher l’eau avant l’invention du robinet ? Muni d’un livret, cette promenade-enquête dans la ville te permettra de débusquer les anciennes fontaines de Rouen.

Vendredi 23 octobre 14h-17h : Sacrés Rouennais (7-12 ans)
Connais-tu les grands personnages de ta ville ? Si tu veux en découvrir quelques-uns, cette visit’active te permettra d’en apprendre un peu plus sur l’histoire des Rouennais célèbres. Qui sont-ils ? Qu’ont-ils fait ? Lorsque tu en auras appris davantage, tu pourras t'amuser, dans le cadre d’un jeu, à les reconnaître.

Plus d'infos

Réservation obligatoire 02 32 76 44 95

Métropole Rouen Normandie

Covid : la Métropole Rouen Normandie placée en catégorie "alerte renforcée"

2 semaines 1 jour ago

[mise à jour] Le Préfet de Seine-Maritime a rendu publiques les mesures de lutte contre la pandémie de Covid-19 dans la Métropole. Détail.

A compter du 10 octobre :

Les bars concernés par l’arrêté du 28 septembre (19 communes) resteront fermés à partir de 22 heures, jusqu’au moins le 26 octobre (voir ci-dessous).

L'arrêté du préfet du 9 octobre indique que la fermeture est dorénavant fixée à minuit pour 26 communes de la métropole :

  • Authieux-sur-le-Port-Saint-Ouen,
  • Belbeuf,
  • Boos,
  • La Bouille,
  • Caudebec-lès-Elbeuf,
  • Cléon,
  • Duclair,
  • Elbeuf,
  • Franqueville Saint-Pierre,
  • Freneuse,
  • Le Houlme,
  • Isneauville,
  • Malaunay,
  • Montmain,
  • Moulineaux,
  • Notre-Dame-de-Bondeville,
  • Quevreveille-la-Poterie,
  • Roncherolles-sur-le-Vivier,
  • Saint-Aubin-lès-Elbeuf,
  • Saint-Martin-du-Vivier,
  • Saint-Pierre-lès-Elbeuf,
  • Sainte-Marguerite-sur-Duclair,
  • Tourville-la-Rivière,
  • Le Trait,
  • Yainville,
  • Ymare. 

 

Dans 45 communes de la métropole de Rouen, le masque est obligatoire entre 7 heures et minuit sur la voie publique et les lieux ouverts (voir la liste ci-dessous). 

L'obligation du port du masque ne s'applique pas dans les bois, forêts, prairies.

Le port du masque est obligatoire dans tout le département lors des foires à tout, vide-greniers, brocantes et braderies.

Dans 19 communes de la Métropole de Rouen Normandie (zone d’alerte renforcée), les activités physiques dans les salles de sports privées, salles de fitness comme dans les établissements recevant du public sont interdites jusqu’au 26 octobre. Interdits également : les rassemblements de plus de dix personnes, ou des rassemblements familiaux (à l’exception des cérémonies funéraires) dans une salle polyvalente ou sous des chapiteaux et tentes. 

 

Un arrêté préfectoral publié dimanche 11 octobre 2020 précise que le masque doit être obligatoirement porté dans un périmètre de 50 mètres autour des établissements scolaires de Seine-Maritime aux heures correspondant aux entrées et sorties des élèves, du lundi au samedi.

 

Depuis le samedi 26 septembre

- Dans toutes les communes du département, les évènements de plus de 1 000 personnes sont interdits dans les lieux ouverts au public

La jauge de 1000 personnes ne s’applique qu’aux visiteurs et un contrôle des flux entrants et sortants devra être opéré.

- Dans les 19 communes du coeur de la Métropole Rouen Normandie listées ci-dessous, les activités physiques et sportives sont interdites dans les établissements sportifs couverts privés (salles de sport, salles de fitness) comme publics (gymnases par exemple), sauf pour l’accueil :
• Des groupes scolaires et activités sportives participant à la formation universitaire ;
• Des activités parascolaires et toute activité sportive de mineurs ;
• Des sportifs professionnels et de haut niveau ;
• Des formations continues mentionnées à l’article R. 212-1 du code du sport.

Les piscines couvertes sont elles aussi fermées. En revanche, les activités sportives ou physiques de plein air ne sont pas concernées par cette interdiction.

- Par ailleurs, dans les 19 communes du coeur de la Métropole Rouen Normandie listées en annexe, la musique amplifiée est interdite sur la voie publique ainsi que dans les bars. [Mise à jour : cette mesure particulière a été annulée par le Tribunal administratif le 1er octobre 2020]

A compter du lundi 28 septembre

Dans toutes les communes du département, les rassemblements à caractère festif et familial (fêtes de famille et entre amis, fêtes locales, soirées étudiantes...) organisés dans un établissement recevant public (ERP) - notamment de type L (salle polyvalente) et CTS (chapiteaux et tentes) - sont limités à 30 personnes.

Pour les autres types de rassemblements organisés dans des ERP, comme les activités associatives ou professionnelles, les organisateurs doivent prévoir un protocole sanitaire strict (port du masque, places assises, distanciation d'un siège entre deux personnes ou groupes de moins de 10 personnes...).

Les buvettes dans les établissements sportifs (ERP de type X) et dans les stades (ERP de type PA) sont fermées, sauf à l’occasion des évènements sportifs professionnels.

Dans les 19 communes du coeur de la Métropole Rouen Normandie listées ci-dessous, les rassemblements mettant en présence de manière simultanée plus de dix personnes dans l'espace public (voie publique, parcs et jardins, abords des plans d'eau...) sont interdits, à l'exception:

• des manifestations sur la voie publique citées à l’article L. 211-1 du code de la sécurité intérieure (manifestations revendicatives) ;
• des rassemblements à caractère professionnel ;
• des services de transport de voyageurs ;
• des établissements recevant du public dans lesquels l’accueil du public est autorisé ;
• des cérémonies funéraires ;
• des visites guidées organisées par des personnes titulaires d’une carte professionnelle ;

Les marchés peuvent accueillir plus de 10 personnes dans leur ensemble dans le strict respect d’un protocole sanitaire et sans regroupement localisé de plus de 10 personnes.

Dans les 19 communes du coeur de la Métropole Rouen Normandie listées en annexe, les brocantes et les vide-greniers sont interdits.

Dans les 19 communes du coeur de la Métropole Rouen Normandie listées en annexe, les rassemblements à caractère festif et familial organisés dans un établissement recevant public sont interdits.

Dans les 19 communes du coeur de la Métropole Rouen Normandie listées en annexe, l'heure de fermeture des débits de boissons (bars à ambiance musicale, bars à thème, bars d'hôtel, bars de restaurants...) est fixée à 22h. Dans les autres communes de la Métropole concernées par l’arrêté du 14 septembre 2020, l’heure de fermeture reste fixée à minuit. Cette mesure ne concerne pas les restaurants.

Toutes ces nouvelles mesures seront appliquées pour une durée de quinze jours, soit jusqu'au 10 octobre inclus, et seront réévaluées en fonction de l'évolution épidémiologique.

Le préfet en appelle à la responsabilité de chacun pour respecter ces nouvelles mesures et pour appliquer les mesures barrières en toutes circonstances. En cas de nouvelle dégradation de la situation sanitaire, le préfet pourra être amené à prendre des mesures complémentaires et/ou à étendre le périmètre.

Les communes du cœur de la Métropole Rouen Normandie concernées par les décisions préfectorales sont :

  • Amfreville-la-Mi-Voie
  • Le Mesnil-Esnard
  • Bihorel
  • Le Petit-Quevilly
  • Bonsecours
  • Maromme
  • Bois-Guillaume
  • Mont Saint-Aignan
  • Canteleu
  • Oissel
  • Darnétal
  • Petit-Couronne
  • Déville-lès-Rouen
  • Rouen
  • Grand-Couronne
  • Saint-Étienne-du-Rouvray
  • Le Grand-Quevilly
  • Saint-Léger-du-Bourg-Denis
  • Sotteville-lès-Rouen

 

Pour établir le passage d'une zone à une autre, trois critères ont été pris en compte : le taux d'incidence (nouveaux cas) de la maladie dans la population, celui chez les personnes âgées (population la plus vulnérable) et la proportion des malades du Covid dans les services de réanimation.

L'alerte renforcée concerne les zones où le taux d'incidence dépasse les 150 cas pour 100.000 habitants et où le taux d'incidence chez les personnes âgées dépasse le seuil des 50 cas pour 100.000 habitants. La métropole de Rouen fait partie des zones concernées.

En conséquence, le Préfet prend les mesures qui lui semblent adaptées au contexte local, dans un cadre fixé au niveau national.

Métropole Rouen Normandie

Normandie Impressionniste : les visites virtuelles

2 semaines 4 jours ago

Vous avez jusqu'au 15 novembre pour profiter du Festival Normandie Impressionniste depuis chez vous.


Imaginez le Festival impressionniste accessible depuis chez vous... C'est possible grâce aux visites virtuelles et gratuites des six expositions et des trois projets contemporains dans les musées de la Métropole. Naviguez en toute autonomie sur votre ordinateur, tablette ou smartphone avec des commentaires et interactions autour de ces oeuvres. Déambulez librement dans les salles des musées pour (re)vivre sans modération les expositions, comme si vous y êtiez.


Découvrez les musées comme si vous y êtiez

Métropole Rouen Normandie

Quartier Rouen Flaubert : votre avis compte

2 semaines 5 jours ago

L’accident du 26 septembre 2019 l’a montré : le projet du quartier Flaubert doit être repensé. C’est l’objet de cette concertation : pendant plusieurs mois, vous allez pouvoir co-construire l’aménagement de ce quartier situé sur les communes de Rouen et Petit-Quevilly. Une occasion de contribuer à l’évolution d’un projet qui doit concilier deux priorités : la sûreté industrielle et la transition social-écologique.

La première phase de concertation 

Octobre 2020-avril 2021 : Cette première phase permettra de questionner le devenir de la partie ouest du quartier (zone 1) et d’imaginer ensemble l’aménagement du futur canal (zone 2). Deux groupes de travail seront créés avec le concours des habitantes et habitants volontaires.

15 octobre 2020 : Une réunion publique, qui sera également diffusée sur les réseaux sociaux, pour tout savoir sur le projet, ses enjeux et le déroulé de cette concertation. RDV au 108 dès 18h pour une visite du quartier depuis les hauteurs, démarrage de la réunion publique à 19h. Inscrivez-vous par mail à jeparticipe@metropole-rouen-normandie.fr

15 octobre-15 novembre : Une série de courts questionnaires sera proposée, concernant les usages possibles et l’aménagement de l’espace de transition à l’ouest du quartier, ainsi que du futur canal en parc urbain. Les participantes et participants aux groupes de travail seront sélectionnés par tirage au sort parmi les volontaires qui auront répondu au questionnaire.

Décembre 2020-février 2021 : Trois ateliers participatifs seront organisés avec chaque groupe qui travaillera à partir des analyses des questionnaires et de présentations détaillées des enjeux et objectifs du projet. En parallèle, des visites du quartier Flaubert seront proposées à la population.

Avril 2021 : Restitution de cette première phase de la concertation, lors d’une réunion publique et en ligne.

La deuxième phase de concertation

Un deuxième temps de concertation permettra ensuite de préciser les aspects très pratiques du projet qui auront des conséquences concrètes sur la vie des habitants du quartier et de celles et ceux qui y travaillent, en fonction de l’évolution des usages : partage des espaces, mobilité à pied et à vélo, équipements publics (crèche, école, gymnase…), qualité du bâti et des espaces publics de demain.

Je participe

Une page dédiée à Rouen Flaubert a été créée sur la plateforme de la participation citoyenne JE PARTICIPE. Cette page sera ouverte tout au long de la concertation, pour s’informer et participer à la démarche à tout moment.

Actrices et acteurs du monde associatif ou économique

Tout au long de cette concertation, vous pourrez exprimer vos propositions et votre position sur les sujets débattus grâce aux cahiers d’acteurs qui vous seront dédiés !

Métropole Rouen Normandie

JO 2024 : la Métropole prête à accueillir les délégations sportives

2 semaines 5 jours ago

16 équipements des communes de Canteleu, Grand-Quevilly, Maromme, Petit-Couronne, Petit-Quevilly, Rouen, Sotteville-lès-Rouen et le Kindarena, équipement métropolitain, viennent d’être homologués pour pouvoir accueillir les délégations sportives pour la préparation des Jeux olympiques et paralympiques 2024.

Paris 2024 s’est engagé à ce que les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 soient ceux de toute la France. Grâce au label ”Terre de Jeux 2024”, tous les territoires qui le souhaitent peuvent prendre part à l’aventure olympique et paralympique, en mettant plus de sport dans la vie de leurs habitants et en leur faisant vivre la magie de cet évènement unique. Paris 2024 a ainsi été chargé par le Comité International Olympique (CIO) et le Comité International Paralympique (IPC) de sélectionner ces centres de préparation, afin de les proposer aux délégations sportives internationales de l’été 2021 à l’été 2024.

De nombreuses communes du territoire métropolitain et la Métropole Rouen Normandie, labellisées « Terre de Jeux 2024 », ont reçus une décision favorable concernant leurs équipements pour l’accueil des délégations olympiques et/ou paralympiques. Ont été homologués Centre de préparation aux Jeux de Paris 2024, les équipements suivants :

Métropole Rouen Normandie :

- Kindarena (basketball, basketball fauteuil, handball)

Canteleu :

- Salle de boxe Bougeard (Boxe)

Grand-Quevilly :

- Complexe sportif du Chêne à l’Eu (football)

- Espace Sesam (Judo olympique et paralympique)

- Gymnase Bartlet (tennis de table olympique et paralympique)

Maromme :

- Gymnase Rabelais (Basket, Handball)

- Stand de tir (tir olympique)

Petit-Couronne :

- Centre Régional Jeunesse et Sports (athlétisme olympique et paralympique, badminton olympique, basketball, basketball fauteuil, judo olympique, tennis de table olympique)

Petit-Quevilly :

- Gymnase Henri Wallon (Basket, basket fauteuil, Handball)

- Stade Lozaï (Football)

Rouen :

- Complexe sportif Saint-Exupéry (judo olympique)

- Stade Jean Mermoz (rugby à 7) 

- Centre nautique Guy Boissière (natation olympique et paralympique)

Sotteville-Lès-Rouen :

- Gymnase municipal (gymnastique artistique)

- Stade Jean Adret (athlétisme olympique et paralympique)

- Salle de lutte Jean Adret (lutte).

La liste des équipements disponibles et homologués en France sera ainsi transmise aux délégations afin qu’elles puissent choisir ceux qui accueilleront leurs athlètes suivant leurs besoins spécifiques et leurs préférences.

Métropole Rouen Normandie

Plantons des arbres pour la ferme urbaine des Bruyères !

2 semaines 6 jours ago

Vous avez jusqu'au 30 octobre pour participer au financement des arbres fruitiers pour la ferme urbaine des Bruyères.

L’Association le Champ des possibles vous invite à contribuer à la création d’un verger expérimental et citoyen sur la ferme des Bruyères, grâce au dispositif « Je participe » de la Métropole. Le verger accueillera une quarantaine de fruitiers atypiques, adaptés au milieu urbain et au changement climatique. La plantation et la gestion du verger seront encadrées par l’association, avec l’organisation de chantiers participatifs. Votre soutien permettra de financer les arbres et arbustes d'une pépinière locale, l'accompagnement et le conseil d'un pépiniériste sur l'implantation et les chantiers participatifs, le matériel de plantation et les deux chantiers participatifs pour la mise en place du verger.

Soutenez le projet

 

Métropole Rouen Normandie

Les conditions d’une fusion des ports réussie : courrier au Premier Ministre

2 semaines 6 jours ago

Dans l’attente de décisions nationales qui devraient intervenir rapidement, Nicolas Mayer-Rossignol, Président de la Métropole Rouen Normandie, Maire de Rouen et Christian Boulocher, Président de l’Union Portuaire Rouennaise, co-signent un courrier adressé au Premier Ministre pour fixer les conditions de la fusion des établissements portuaires de Rouen, du Havre et de Paris.

Pour Nicolas Mayer-Rossignol et Christian Boulocher, cette fusion est « bienvenue pour la vallée de Seine, à condition qu’elle respecte certains principes », dont voici les principales lignes directrices :

La concertation qui fait défaut à ce stade. Hormis un « un court document de cadrage, qui fixe quelques enjeux certes majeurs », rien n’a été transmis à ce jour sur la future gouvernance, les emplois et leur répartition, la fiscalité attractive et concurrentielle ou encore la place des différentes parties concernées, en particulier les collectivités locales et les acteurs économiques.

La cohérence. Rouen, Capitale de la Normandie et au coeur de la Vallée de Seine, accueille depuis plusieurs années déjà le siège d’HAROPA, Groupement d’Intérêt Economique réunissant les trois ports. Il semble donc logique et cohérent, pour les deux Présidents, que « Rouen accueille le siège du nouvel Établissement public résultant de la fusion ». Rouen est caractérisé par la rencontre du maritime et du fluvial, ce serait ainsi aussi la reconnaissance du fleuve comme stratégie de l’axe Seine. Si tel n’était pas le cas, « la présidence de l’établissement devrait revenir à une personnalité rouennaise ».

L’équilibre territorial. Ce nouvel Établissement public doit être respectueux de l’équilibre souhaité entre les trois pôles et adaptée à la présence des services déconcentrés de l’État en Normandie. Il est ainsi proposé que « Rouen accueille la direction générale, les finances, les fonctions commerciales ainsi que les services en charge du développement durable et de l’environnement ». L’emploi au sein de la Métropole Rouen Normandie doit être défendu et conforté c’est pourquoi « tout projet de fusion n’est acceptable qu’à la condition sine qua non que le nombre et la qualité des emplois sur le territoire rouennais à la suite de la fusion soient au moins équivalents à ceux de la situation actuelle ». L’équilibre doit également pouvoir se lire dans une gouvernance partagée, associant pleinement les territoires et les entreprises clientes des ports.

La flexibilité. La nouvelle entité devra offrir une certaine marge de flexibilité locale : des niveaux de délégations importants doivent être confiés aux 3 ports.

L’ambition. Les objectifs du projet de fusion doivent être revus à la hausse. Le projet devra être assorti d’un plan d’investissements massif, notamment en termes d’infrastructures, équilibré sur les trois ports. Les ambitions de report modal, de la route vers le fleuve et le train, doivent être beaucoup plus fortes à l’image des ports du Range Nord.

Métropole Rouen Normandie

Signature de la Déclaration Universelle de l'humanité

3 semaines ago

En signant la Déclaration Universelle des Droits de l'humanité, la Métropole Rouen Normandie marque l'importance de mettre en œuvre le projet de transition écologique du territoire dans tous les secteurs et de s'impliquer dans la reconquête de la qualité de l'air, la lutte contre le changement climatique et l'adaptation à ses conséquences.

A l’occasion de la Conférence environnementale d’octobre 2014, la France a souhaité qu’une nouvelle étape en matière de droits humains soit franchie, « en posant les droits de l’humanité, c’est-à-dire le droit pour tous les habitants de la Terre de vivre dans un monde dont le futur n’est pas compromis par l’irresponsabilité du présent ».

La Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité (DUDH) née de cette réflexion a été rédigée en 2015 par un groupe de travail sous la direction de Corinne Lepage, avocate, spécialiste du droit de l’environnement et Jean-Louis Servan-Schreiber, journaliste directeur de l’ONG Human rights watch, pour être proposée aux États-membres de l'ONU en marge de la COP21 de décembre 2015 à Paris.

Dans le sillage de la déclaration des Droits de l’Homme de 1948, elle pose la question de la responsabilité des générations actuelles auxquelles il incombe de préserver les cultures, le savoir-faire, les principes éthiques et démocratiques, la dignité et l’intégrité des individus ainsi que les équilibres planétaires, climat, eau, biodiversité, forêts, écosystèmes. La Déclaration se fonde sur des principes, des droits et des devoirs.

Les principes :

  • Principe de responsabilité, d’équité et de solidarité intergénérationnelle et intra-générationnelle,
  • Principe de dignité de l’humanité (satisfaction des besoins fondamentaux et des droits intangibles),
  • Principe de continuité de l’existence (préservation de la terre),
  • Principe de non-discrimination.

Les droits :

  • Le droit de vivre dans un environnement sain,
  • Le droit à un développement durable, équitable, responsable et solidaire,
  • Le droit à la protection du patrimoine naturel et culturel,
  • Le droit à la préservation des biens communs (eau, air, sol),
  • Le droit à la paix et à la sécurité sur le plan environnemental, sanitaire, alimentaire,économique et politique,
  • Le droit au libre choix de déterminer son destin.

Les devoirs :

  • Les générations présentes ont le devoir de respecter les droits de l’humanité,
  • Elles sont garantes des ressources, des équilibres écologiques, du patrimoine commun et ont le devoir de faire en sorte que ce legs soit préservé,
  • Elles ont le devoir de tout mettre en oeuvre afin que soient préservé l’atmosphère et les équilibres climatiques,
  • Elles ont le devoir d’orienter le progrès scientifique et technique vers la préservation de la santé de l’espèce humaine et des autres espèces,
  • Les États et autres acteurs publics et privés ont le devoir d’intégrer le long terme et de promouvoir le développement durable,
  • Les États ont le devoir d’assurer l’effectivité de ces principes en organisant des mécanismes permettant d’en assurer le respect.

D’autres collectivités se sont engagées en faveur de ce texte, telles que Strasbourg, ou encore Marseille. Chacun à son niveau peut et doit, à l’aide de moyens démocratiques, écologiques et pacifiques s’engager sur la préservation d’un avenir viable et durable.

A l’occasion des Semaines Européennes du Développement Durable en septembre 2020, la Métropole a signifié son ambition de poursuivre et d’amplifier la transition de l’ensemble du territoire de la Métropole.

Dans ce contexte, la Métropole Rouen Normandie renforce son engagement en signant la Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité.Cette signature inscrit ainsi les actions de transition écologique de la Métropole (PCAET) et des acteurs du territoire (COP21) dans la perspective des droits de l’humanité

Métropole Rouen Normandie

Festival : Rire en Seine

3 semaines 1 jour ago

De la bonne humeur contagieuse, des instants jubilatoires et des pointes de folie, c'est que ce que propose le Festival Rire en Seine. Au programme, l'indémodable "On purge bébé" de Georges Feydeau, le 6 octobre à 20h, au théâtre Charles-Dullin à Grand Quevilly, un one-man show "Calouss" le 9 octobre à 20h30, à la salle des fêtes de Belbeuf et enfin le best off d'Albert Meslay, qui endosse un rôle de professeur à l'ancienne dans son univers burlesque et hilarant, le 16 octobre à 20h, au restaurant le Saint-Pierre à la Bouille, un spectacle suivi d'un dîner sur réservation.

Du 4 au 16 octobre,
www.rirenseine.fr

Métropole Rouen Normandie

Hockey sur glace : une navette fluviale pour les supporters les soirs de match

3 semaines 4 jours ago

Les Dragons de Rouen débuteront leur saison vendredi 2 octobre à 20h face à Amiens. À cette occasion, une nouvelle solution de mobilité douce sera proposée aux supporters. L’installation récente d’un embarcadère sur l’Île Lacroix, à proximité immédiate de la patinoire, va permettre à la navette fluviale, utilisée aux abords du 108, de faire des aller-retours de 18h30 à 23h entre le Quai du Pré aux Loups et la patinoire. Les supporters sont ainsi invités à se garer sur le quai Rive droite et à emprunter gratuitement la navette, d’une capacité de 50 passagers (masque obligatoire comme dans l’ensemble des transports en commun du territoire métropolitain). Les pontons se trouvent à peu près en dessous du Pont Mathilde, rive droite et sur l'Île Lacroix. Le parking est celui longeant la déchetterie.

Cette expérimentation sera proposée pour les 11 prochains matchs, soit jusqu’à la fin de l’année 2020. Un retour d’expérience et un bilan seront réalisés à l’issue de ces 3 mois d’essai.

La Métropole Rouen Normandie, Transdev Rouen et l’Union Portuaire Rouennaise, avec le soutien du Grand port maritime de Rouen et d’Engie, expérimentent depuis l’été 2019 une navette fluviale à énergie électro-solaire permettant d’offrir un nouveau franchissement doux du fleuve entre le pont Flaubert et le pont Guillaume Le Conquérant. Nicolas Mayer-Rossignol, Président de la Métropole Rouen Normandie, a souhaité que cette navette soit également expérimentée, les soirs de matchs de hockey, pour transporter les supporters entre le quai du Pré aux Loups et l’Île Lacroix dès le premier match de la saison vendredi 2 octobre 2020.

La mise en place de cette solution permettra d’offrir une nouvelle alternative aux problèmes d’accès et de stationnement les soirs de match.

 

Métropole Rouen Normandie

Pavés de mémoire

3 semaines 5 jours ago

La Métropole soutient le projet Pavés de mémoire, qui vise à entretenir le souvenir des victimes du nazisme.

Un pas, puis l’autre, et le laiton d’un pavé, brillant, attire l’œil, c’est un Stolpersteine, un pavé à la mémoire des victimes du nazisme. Les premiers sont posés en ce mois d’octobre 2020 dans la Métropole, à Rouen et Sotteville.

Ces “pierres d’achoppement” ont été conçues dans les années 1990 par l’artiste allemand Gunter Demnig. Il y en a plus de 50 000 en Allemagne, et 25 000 autres dans le reste de l’Europe. Pas de risque de trébucher, mais simplement de se pencher sur le passé. Chaque pavé est gravé : le nom, l’âge et le sort de la victime, devant son dernier domicile, parfois son dernier lieu d’activité.

Transmettre la mémoire

Corinne Bouillot est présidente de l’association Pavés de Mémoire Rouen Métropole, à l’origine du projet, avec cinq autres personnes : Françoise Bottois, Max Kroneck, Katrin Link, Alain Pépin-Karsenty et Karine Winckelvoss. Maître de Conférences en études germaniques à l’Université de Rouen, elle explique : “La mémoire est finalement récente. Si la mémoire de la Shoah est bien installée, peu de villes cultivent la mémoire des familles déportées”.

L’objectif des Stolpersteine, c’est de transmettre cette mémoire, et d’en faire un projet citoyen et éducatif. 500 élèves ont participé l’an passé au projet. Les enseignants mènent avec leurs classes des projets pédagogiques autour des familles de victimes et envisagent des hommages par les élèves au moment des poses ou des cérémonies ultérieures. En 2020, l’association a choisi de rendre hommage à 9 familles victimes de la Shoah avec des enfants mineurs assassinés, vivant à 10 adresses différentes. Ce sont au total 41 pavés qui seront posés avec le soutien de la Métropole Rouen Normandie.

L’association prévoit de poser 38 autres Stolpersteine en 2021. Pour que nous n’oubliions jamais.

Les pavés de mémoire à Rouen Les pavés de mémoire à Sotteville-lès-Rouen

 

Métropole Rouen Normandie
Vérifié
2 heures 2 minutes ago